Les rencontres de l'ADSEA

Les prochaines rencontres de l’ADSEA auront lieu à l’autonme 2020.

Retour sur les rencontres 2019

Environs 200 personnes ont participé aux journées organisées par L’Association Départementale de Sauvegarde de l’enfance et de l’Adolescence de l’Allier les 09 et 10 octobre 2019 à Moulins. Pendant deux journées étudiants et professionnels de l’enfance et de la famille ont pu bénéficier d’apports théoriques sur l’évolution des modèles familiaux et leur impact sur leurs pratiques professionnelles.

Madame Françoise SOLDANI, sociologue auteure de nombreux ouvrages, a ouvert ces journées en interrogeant l’égalité réelle du point de vue de la socialisation des filles et des garçons. Elle relève que les préjugés et le sexisme sont toujours d’actualité et impactent les trajectoires, les relations, le vouloir vivre ensemble. La philosophe Julie SOUSTRE a posé les enjeux éthiques, les controverses philosophiques autours des notions transversales de vulnérabilité, autonomie, dépendance, autorité, bientraitance.

Jeudi 10 octobre Catherine SELLENET (psychologue clinicienne) est intervenue sur l’impact des conflits parentaux sur les enfants et les pratiques professionnelles. Elle Interroge l’injonction à la coparentalité qui est aujourd’hui largement valorisée par les médias notamment dans le contexte de violences familiales. Marc JUSTON, Magistrat honoraire, a continué cette réflexion sur la coparentalité en insistant sur la nécessité de protéger les enfants quand le couple se sépare dans le conflit. L’absence de coparentalité pouvant en effet se traduire par des effets dramatiques sur l’enfant. « Le divorce, la séparation, ne signifient pas la dissolution de la famille mais plutôt sa réorganisation, sa recomposition. L’intérêt de l’enfant doit être le seul fil conducteur » (Marc JUSTON).

Pour Jacques LAHAYE, Président de l’Association Départementale de Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence

« les transformations des configurations familiales impactent fortement le travail au quotidien de la protection de l’enfance. On assiste ainsi à une complexification de l’intervention à la hauteur de celle des situations des enfants, complexification qu’il s’agit de comprendre pour mieux accompagner les familles ».